Spiruline : conditions de culture, conservation et certification

Où est-elle cultivée ?

Spiruline : conditions de culture, conservation et certificationLa spiruline est une algue simple, unicellulaire, qui prospère dans des eaux tièdes (entre 32 et 45°C) et alcalines. A l’état naturel, elle pousse dans les lacs de pH 8 à 11, où d’autres micro-organismes ne peuvent survivre.

A l’état de culture, elle se développe dans des bassins d’eau douce situés dans des pays chauds et ensoleillés : Inde, Thaïlande, Etats-Unis, Pérou, Chine, Vietnam, Hawaï…

 

En France, la spiruline se cultive aussi dans des fermes aquacoles. Il y a quelques années, ces fermes se trouvaient essentiellement dans le Sud de la France, notamment en Provence. Rappelons, en effet,  que la spiruline a besoin de soleil et de chaleur pour se développer. Cependant, même dans le Sud de la France, la spiruline ne pousse que 6 mois de l’année, les plus chauds.

Depuis peu, la spiruline se cultive dans des régions réputées moins ensoleillées, comme la Bretagne ou la Vendée, souvent sous serre, dans des bassins chauffés ou encore en eau de mer (spiruline de Hawaï, spiruline bretonne) mais ce mode de culture est plus rare.

Conditions de culture

Spiruline : conditions de culture, conservation et certification

Les conditions idéales de croissance de la spiruline sont : un climat chaud et ensoleillé, de l’eau de qualité contrôlée, un environnement climatique exempt de pollution. En effet, la spiruline, en raison de sa croissance rapide, puise des quantités importantes de nutriments dans son milieu. Elle présente une « qualité » correspondant à celle de son milieu de culture.

Si l’eau dans laquelle elle croît contient des polluants, l’algue se charge (métaux lourds…) et n’est plus comestible. C’est le cas des souches récoltées dans des milieux naturels non contrôlés. Consommer une spiruline polluée peut entraîner  des effets secondaires : diarrhée, vomissements, dommages au foie…

A l’inverse, la spiruline capte positivement tous les nutriments de son milieu de culture. Avec des intrants rigoureusement sélectionnés, on obtient ainsi une spiruline naturellement enrichie en minéraux (fer, zinc, sélénium …)

Avant de consommer de la spiruline, il est donc important de s’assurer de son origine et de sa méthode de culture.

Conservation de la Spiruline

Spiruline : conditions de culture, conservation et certification

Les très gros producteurs mondiaux de spiruline sèchent souvent l’algue à haute température, afin de gagner du temps. Cependant, ce procédé détruit en partie les enzymes qui font toute la richesse nutritionnelle de la spiruline. Il faut donc choisir une spiruline séchée à moins de 45°. L’humidité réduit aussi les qualités de la spiruline.

Pour garder tous les bénéfices santé de cette micro-algue, veillez donc à :

– Chercher sur les étiquettes si la température de séchage de l’algue est précisée. C’est un gage de qualité.

– Bien refermer l’emballage après utilisation.

– Garder la spiruline dans un endroit frais, loin de toute source de chaleur.

– Éviter de l’exposer au soleil ou à une lumière forte.

 

Spiruline biologique

Spiruline : conditions de culture, conservation et certification

Avant 2017, la spiruline ne rentrait pas dans le champ d’application du règlement  Biologique européen. Les logos bio AB français et européen ne pouvaient donc pas être utilisés sur les étiquettes des produits. La seule façon de faire  reconnaître la qualité et la pureté d’une culture de spiruline était de passer par le respect de cahiers des charges privés : Naturland (organisme de contrôle allemand) ou Ecocert (logo « contrôlé par Ecocert »).

Depuis le 7 mai 2017, les microalgues d’eau douce rentrent dans le champ d’application du Règlement Bio UE RCE 889/2008 en tant que denrée pour l’alimentation humaine. Il est désormais possible pour la spiruline de disposer des labels AB (label bio français) et Eurofeuille (label bio européen). Une spiruline biologique garantit l’absence d’OGM, la non-utilisation d’engrais minéraux et organiques chimiques, la non-irradiation. C’est évidemment un gage de meilleure qualité et traçabilité.

Vous l’aurez compris, il y a spiruline et spiruline. Comme pour votre alimentation traditionnelle, lisez bien les étiquettes avant d’acheter.

A lire aussi :

Critères à prendre en compte pour bien choisir sa spiruline
L’association humanitaire Petits Pas
Antenna France lutte contre malnutrition
La spiruline depuis les années 1960
La spiruline, une algue déjà cultivée chez les Aztèques
La spiruline, une algue cultivée chez les Kanembous

Les effets secondaires possibles de la spiruline

Les effets secondaires possibles de la spiruline

Des effets secondaires possibles

La prise de spiruline peut causer quelques effets secondaires indésirables, surtout chez les personnes qui en prennent pour la première fois.

les effets secondaires possibles de la spiruline

au niveau gastrique et intestinal

La spiruline est connue pour ses capacités de chélation. Ce phénomène naturel contribue à désintoxiquer l’organisme des métaux lourds accumulés dans le côlon. Cette action détoxifiante peut, dans un premier temps et de façon temporaire, entraîner des troubles du transit (selles molles ou colorées, en raison de la présence de chlorophylle dans l’algue)

Au niveau cutané

Cette détoxification peut aussi, au niveau cutané, favoriser l’apparition de petits boutons. Cela ne doit pas vous décourager de prendre de la spiruline. Au contraire, c’est le signe que les toxines sortent.

Mise en garde

La Spiruline est à éviter pour : les personnes atteintes d’hyperparathyroïdie, les allergiques aux algues, les personnes fiévreuses, les personnes souffrant de phénylcétonurie (une maladie génétique).

Conseils d’utilisation

les effets secondaires de la spiruline

La spiruline est un produit vivant et actif. Afin de limiter d’éventuels effets secondaires indésirables (troubles intestinaux transitoires, maux de tête…), il faut veiller à respecter une progression dans sa consommation : commencer la cure par de faibles doses, 500 mg à 1 g par jour pendant 1 semaine, puis 2 g par jour pendant une semaine… jusqu’à atteindre la dose journalière souhaitée.

La dose maximale conseillée est de 1 à 5 g par jour. Exceptionnellement jusqu’à 10 g/jour (performances sportives, personnes dénutries ou convalescentes).

La spiruline est énergisante, il vaut mieux donc éviter d’en prendre le soir.

Conseils de bon sens

les effets secondaires de la spiruline

Choisissez une spiruline de qualité, biologique, cultivée dans une eau contrôlée et analysée. Les spirulines les plus qualitatives doivent contenir un bon apport en phycocyanine (pigment bleu aux vertus antioxydantes et immunoprotectrices).

 

 

Découvrez la spiruline bio Phyco+ de LT Labo

 

A lire aussi :

Commencer une cure de spiruline
Spiruline : conditions de culture, conservation et certification
Critères à prendre en compte pour bien choisir sa spiruline
Pourquoi la spiruline intéresse t-elle les sportifs ?