La spiruline, solution naturelle contre l’hypertension ?

La spiruline, solution naturelle contre l’hypertension ?

Énergie, vitalité, défenses immunitaires, richesse en fer, en calcium, en magnésium,  en protéines, en vitamines (A, E, D, B1, B2, B3, B6, B7, B8, B 12, K) et en antioxydants… La spiruline, considérée par beaucoup comme un super-aliment, possède déjà de très nombreuses propriétés bien connues. Mais une récente étude menée par des équipes de chercheurs italiens et publiée dans la revue spécialisée Hypertension laisse penser que la spiruline pourrait être une aide précieuse dans la lutte contre l’hypertension.

 

L’hypertension, qu’est ce que c’est ?

La tension artérielle est la pression exercée par le sang dans les vaisseaux sanguins. Elle est mesurée par 2 chiffres (par exemple, 14/8), le premier représentant la pression artérielle au moment de la contraction du cœur (systole), le deuxième la pression artérielle au moment du repos du cœur (diastole). On parle d’hypertension artérielle (HTA) lorsque le premier chiffre dépasse 14 et/ou lorsque le deuxième dépasse 9 . L’hypertension est l’un des principaux facteurs de risques des maladies cardio-vasculaires (infarctus du myocarde, AVC ou encore insuffisance rénale). Elle touche près de 14 millions de personnes en France, dont seulement 8 millions sont traitées.

 

Les effets hypertenseurs de la spiruline

Comprimés de spiruline

La protéine contient un peptide (le peptide SP6), un élément chimique de la famille des protéines,  qui a une action vasodilatatrice et par voie de conséquence hypotensive. C’est ce qu’ont montré des recherches menées par l’Istituto Neurologico Mediterraneo Neuromed, qui a administré ce peptide dans des vaisseaux sanguins en laboratoire puis à des animaux hypertendus. Ce dernier a alors permis d’abaisser leur tension artérielle.

 

A lire aussi sur ce blog :

Booster ses défenses immunitaires grâce à la spiruline

Spiruline et fer chez la femme enceinte

Commencer une cure de spiruline

 

 

Automne 2018 : journal de mission de l’association Petits Pas au Népal

« Petits Pas » est une association humanitaire reconnue d’intérêt général. Depuis 2010, cette association parraine des enfants népalais issus de familles très pauvres ou orphelins : soutien alimentaire et médical, aide à la scolarisation. Le compte-rendu de leur dernière mission à l’automne 2018.

24 octobre

Bonjours chers amis, parrains, marraines, donateurs, bénévoles

La Présidente a rejoint au Népal Gilles et Séverine, partis depuis le 30 septembre.

Tous les népalais fêtent Dashain, la fête de la moisson. A cette occasion, les écoles ferment de 15 jours à un mois. Les enfants et les népalais rentrent chez eux dans leur village pour célébrer Dashain en famille. La capitale est désertée et, de ce fait, l’air est beaucoup plus respirable.

Nous avons été accueillis chaleureusement pour fêter Dashain par notre famille népalaise référente de Kathmandou. Cette famille nous accueille pendant nos missions et stocke notre matériel. Certains membres participent même à notre intervention.

Nous nous sommes tous retrouvés à Chapali chez Pramod et Saru, pour célébrer Dashain et partager un moment chaleureux et festif. Nous y avons rencontré Pauline qui vient de créer à Kathmandou, un centre d’insertion professionnelle pour les jeunes adultes. Peut-être pourrions-nous travailler ensemble pour nos jeunes en fin de parcours de parrainage.

Avant leur départ pour Bardiya, nous avons mis au point notre intervention avec Patrick et Catherine. Ils viennent aussi superviser la reconstruction de l’école Lord Buddha, balayée par la mousson de 2016.  Depuis un an, cette école est en cours de reconstruction, grâce au financement obtenu par la Fondation Sancta da Vota de Monaco.

 

2 novembre

Les missions d’octobre de PETITS-PAS : Départ à Dhading en microbus
C’est à Kathmandou que la Présidente a retrouvé Sandesh Khatiwada, l’un des jeunes que nous parrainons à Dhading. Nous parrainons quatorze enfants dans ce village, dont Sandesh et sa soeur Subekshya (Shubhechcha) Khatiwada. Ils ont tous les deux réussi avec succès et brio leur examen national de fin de premier cycle (fin de seconde en France), le SLC en avril.
En effet, ils sont arrivés premiers de tous les élèves du district. Ils ont ainsi reçu une bourse leur permettant de suivre leur scolarité (classe 11 et classe 12) au Golden Gate College de Kathmandou.

La Présidente est arrivée au village à l’heure de la sortie des écoles et a successivement rencontré les enfants.

Le village est jalonné, de part et d’autre de la piste, de tas de graviers, de briques, de matériaux divers. Dans chaque parcelle, s’élèvent maintenant des constructions en briques, béton, ferrailles. La reconstruction est en marche. Octobre : Dashain est la période des moissons, de l’abondance, de la fête.
Ici, les villageois déploient beaucoup d’énergie pour récolter le riz. Les champs de légumes, parsemés d’œillets d’inde, regorgent de concombres, courges, aubergines, haricots, choux fleur, choux…

La Présidente a été reçue chaleureusement par la famille Saroj et Laxmi Khatiwada, qui sont nos personnes référentes sur place, dans leur maison récemment reconstruite.
Accompagnée de Sandesh, nous avons été rencontrer les professeurs à l’école Satiwati Secondary school. Dans cette école gouvernementale sont scolarisés 7 des enfants parrainés. Tous les enfants en classe 10 ont réussi leur examen terminal le SLC.

 

17 novembre

La mission continue dans les Annapurna. A Pokhara, Thomas est venu chercher Corinne pour rejoindre le village de Ghachok, en jeep, par des pistes dans la montagne. En cette saison et à cette altitude, la chaîne des Annapurnas avec le Machchapuchchhere s’empourprent sous le soleil levant dès 6h du matin. Les villageois moissonnent le riz et l’entassent en kunios.
Le lodge de Thomas « Annapurna mon village » est confortable. Il se situe au milieu du village. Narayan, notre personne référente nous a donné des nouvelles de la scolarité de Sabin et de Salina,
Nous sommes allés visiter la boarding school Sagar’s Memorial où les enfants sont scolarisés. Nous avons ensuite rendu visite à Sabin et à Salina que nous avons trouvés chez eux car l’école est fermée pour les fêtes de Dashain. Puis nous sommes partis à Pokhara avec Thomas et Narayan pour leur faire faire un nouveau check up ophtalmo et refaire 2 paires de lunettes à Sabin.

Apres la visite médicale les enfants se restaurent avec une assiette de traditionnels momos.
Nous leur donnons de la spiruline.

 

26 novembre

La mission se poursuit à Kuleni un petit village de pêcheurs et de fermiers en bordure du Parc National de Chitwan où nous parrainons 10 enfants. La plupart sont élevés par leurs grands-parents.
Début octobre, Gilles et Séverine ont distribué 3000 comprimés de spiruline aux enfants. De plus, ils ont fait venir le dentiste au village chez notre personne référente, Palat pour soigner les enfants.
En novembre, Charles Bianchi accompagnait la Présidente de l’association Petis Pas. C’est un dentiste français à la retraite qui vient soigner les enfants népalais dans les villages depuis 9 ans.

Charles a réalisé un check up avec des soins dentaires à tous les enfants. Ils ont eu tous droit à de nouvelles brosses à dents. Les enfants ont été courageux dans l’ensemble, Charles n’hésitant pas à faire une anesthésie, si nécessaire, pour extraire une dent. Il a pu soigner plusieurs enfants qui avaient des caries. Cependant, quelques radios étaient nécessaires et les soins devaient être poursuivis pour cinq d’entre eux.
Le lendemain, cinq enfants nécessitant des radios et des soins supplémentaires, nous nous sommes rendus chez le dentiste au village voisin. Charles a établi de façon très précise les soins à réaliser pour chaque enfant.

29 novembre

Mission à Kuleni suite
Nous avons été visiter l’école gouvernementale et faire le point avec le directeur sur leurs besoins prioritaires. Il a été question du raccordement de l’école au réseau d’eau potable. Cette école fournit un repas gratuit aux enfants.

A la demande du directeur, nous avons prolongé notre séjour pour faire un check up dentaire à tous les enfants de l’école.

Nous avons ensuite visité toutes les habitations des enfants parrainés. Nous avons constaté que quatre enfants vivaient dans des conditions très précaires, pratiquement sans toit sur la tête.
Le petit Aashis vit avec ses grands-parents dans une pièce de quelques mètres carrés seulement, la terrasse servant de chambre à coucher. Avinashek vit avec sa grand-mère dans une cabane en bambou. Avinashek est obligé de traverser la forêt et d’aller se laver à la rivière. Nous avons demandé à Palat de nous faire un devis pour le raccordement à l’eau et pour construire une maison en matériaux étanches et solides.
Sanju et Rita Tamang vivent avec leur mère et leur grand-mère dans une maison tharu ouverte sur l’extérieur.
Nous avons emmené Rita et Sanju Tamang à la ville voisine pour leur acheter des vêtements, chaussures lacées, ainsi que des affaires de toilette.

Corinne a réuni les filles âgées de plus de 11 ans en atelier pour leur faire un cours sur l’hygiène corporelle. Elle a répondu à leurs questions concernant la puberté, leur a parlé des menstruations, et des méthodes pour se protéger.

Nous avons payé les frais scolaires, écoles, uniformes, fournitures de tous les enfants et reconduit les aides alimentaires jusqu’en octobre 2019.

 

 

A lire aussi sur ce blog :

La culture de la spiruline comme levier de développement durable et réponse à la malnutrition

La culture de la spiruline comme levier de développement durable et réponse à la malnutrition

La Journée Mondiale de l’Alimentation (World Food Day) a été créée par la FAO (Organisation Pour l’Alimentation et l’Agriculture) en 1979.  Son but est de sensibiliser les populations à une agriculture durable, capable de fournir à tous une nourriture saine et suffisante. Le thème cette année est Faim Zéro. En effet, la malnutrition est  en progression dans le monde : 820 millions de personnes souffrent sous-alimentation. Conflits, phénomènes météorologiques extrêmes liés au changement climatique, récession économique sont les principales causes de cette évolution.

« La Faim Zéro signifie agir ensemble pour garantir que partout sur la planète, tous aient accès à une alimentation sûre, saine et nutritive. Pour ce faire, nous devons adopter un mode de vie plus durable, travailler main dans la main, partager notre savoir-faire et être prêts à changer le monde – pour le mieux. »

La spiruline : une réponse possible à la malnutrition…Spiruline contre la malnutrition Antenna France

De par sa teneur en protéines (50 à 70 % de son poids sec) et acides aminés essentiels, en minéraux, tout particulièrement en fer hautement assimilable, calcium et magnésium, et en vitamines, la spiruline est un super-aliment contre la malnutrition. La spiruline contient une quinzaine de pigments dont la chlorophylle et la phycocyanine. La spiruline contribue donc à compenser une alimentation peu diversifiée et pauvre en nutriments. C’est pourquoi des associations humanitaires comme Petits Pas ou Antenna France l’utilise pour pallier une nutrition déficiente dans les pays dans lesquels elles interviennent.

 

… et un levier du développement durable

En plus de ses qualités nutritionnelles, la spiruline peut aussi représenter un modèle d’agriculture durable. Les associations humanitaires comme Antenna construisent des fermes de production de spiruline dans les pays les plus démunis. L’objectif est de former les populations locales à cette culture, de les rendre autonomes et de leur permettre de vendre leur production. En contrepartie, ces fermes redistribuent une partie de leur récolte aux populations souffrant de sous-alimentation.

Enfin, ces fermes créent des emplois localement et contribuent à retenir les populations, et plus particulièrement les jeunes, dans leurs pays.

Pour soutenir Antenna France

Vous pouvez-soutenir Antenna France en effectuant un don sur leur site.

Ou bien en participant à des opérations produits-partages comme l’opération #spirulinesolidaire organisée avec la société LT Labo.

 1 euro sera reversé à Antenna France pour chaque boite de spiruline Phyco+ achetée jusqu’au 30 novembre 2018 .

 

Opération sproduit partage spiruline solidaire

 

 

 

 

 

 

Comment compenser une carence en fer ?

Qui peut manquer de fer

Le fer contribue au transport de l’oxygène par l’hémoglobine, au fonctionnement normal du système immunitaire et du métabolisme énergétique. Un supplément de fer peut être recommandé aux :

  • femmes : environ 25% des femmes en France sont carencées en fer (pertes dues aux règles, grossesse…)
  • enfants et adolescents pendant la croissance
  • convalescents : manque de globules rouges
  • végétaliens : éviction de certains aliments
  • sportifs : efforts intensifs répétés entraînant souvent une anémie ferriprive
  • personnes âgées : alimentation déséquilibrée ou trop faible

 

Symptômes possibles d’une carence en fer
  • pâleur
  • fatigue et manque d’énergie
  • diminution de la force musculaire
  • essoufflement
  • difficultés de concentration et d’attention
  • chute de cheveux

 

Où trouver du fer dans l’alimentation

Les aliments qui ont une teneur importante en fer sont : viande (boudin noir, foie), lentilles, haricots blancs, cacao, tofu, sésame, algues (spiruline et, dans une moindre mesure, chlorella). Pour une meilleure assimilation du fer, mieux vaut :

  • l’associer à de la vitamine C
  • éviter de prendre en même temps du thé ou du café dont les tanins inhibent l’absorption du fer

 

Spiruline et fer

La spiruline contient entre 60 et 80 mg de fer aux 100 grammes. Il s’agit d’un fer végétal chélaté (lié à des acides aminés), ce qui renforce sa capacité d’absorption. Consommer régulièrement de la spiruline est donc un bon moyen d’augmenter son niveau de fer.

 

Découvrez la spiruline bio Phyco+ de LT Labo

 

Lire aussi :

Le fer, un besoin accru chez les femmes enceintes

 

La spiruline, super-aliment utilisé pour lutter contre la malnutrition

Très répandue sous nos latitudes depuis une vingtaine d’années, la spiruline est également largement utilisée dans les pays en voie de développement pour lutter contre la malnutrition.

C’est en effet un aliment revitalisant d’une richesse nutritive exceptionnelle :

  • protéines végétales,
  • vitamines (B1, B2, B9, B12),
  • oligo-éléments (fer, calcium, magnésium, manganèse, potassium, sélénium, phosphore, chrome, cuivre, zinc…),
  • acides aminés,
  • pigments (phycocyanines, chlorophylle, caroténoïdes),
  • antioxydants (Super Oxyde Dismutase ou SOD).

Grâce à sa haute teneur en phycocyanines, en protéines et en micro-nutriments essentiels, la spiruline contribue à compenser une alimentation peu diversifiée et pauvre en nutriments.

Que ce soit en Afrique ou bien en Amérique du Sud, certaines tribus connaissent depuis longtemps les propriétés de la petite algue verte. Les Kanembous, une tribu vivant dans la région du Kanem (nord du Tchad), ou bien les Aztèques cultivent et consomment la spiruline depuis des temps immémoriaux.

 

A lire aussi :

La spiruline, une algue cultivée chez les Kanembous

L’association humanitaire Petits Pas

Antenna France lutte contre malnutrition

 

 

 

 

Booster ses défenses immunitaires grâce à la spiruline

Booster ses défenses immunitaires grâce à la spiruline

Des actifs aux propriétés immuno-stimulantes

photo de comprimés de spiruline dans un bol en bois

La spiruline est une algue riche en protéines puisqu’elle en contient 60 à 70%. Les protéines servent à la fabrication des anticorps, donc à l’immunité. Parmi ces protéines, la phycocyanine, un pigment de couleur bleu qui a la capacité de booster les défenses naturelles en stimulant la formation de globules rouges. Une spiruline classique contient en moyenne 10 à 11% de phycocyanine. Certaines spirulines, plus qualitatives, en contiennent jusqu’à 20%.

La spiruline renferme des oligo-éléments qui contribuent au fonctionnement normal du système immunitaire : fer, sélénium et zinc. A noter que le fer que contient la spiruline est un fer chélaté (lié à des acides aminés), ce qui lui garantit une meilleure biodisponibilité (capacité d’absorption par l’organisme).

Une cure de spiruline pour booster les défenses

une femme aux xheveux courts et roux se mouche

Vous pouvez faire une cure de spiruline au début de l’automne, quand les rhumes et les refroidissements commencent à apparaître, ou lorsque vous sentez un affaiblissement de votre système immunitaire : convalescence, immuno-dépression…

Cette algue se consomme habituellement le matin ou le midi car elle a des vertus énergisantes.

 

Découvrez la spiruline bio Phyco+ de LT Labo

 

A lire :
Commencer une cure de spiruline
Critères à prendre en compte pour bien choisir sa spiruline
10 manières d’intégrer la spiruline à votre cuisine
La spiruline une aide pour votre cure minceur
La spiruline pour la beauté de votre peau, cheveux et ongles